Etudes de sauvegarde

Les études de sauvegarde, et notamment celle de M. Michel Trubert de la société UNANIME de décembre 2016, peuvent être consultées à la Mairie de Thorame Haute.

En accord avec les auteurs, en voici quelques extraits :

Le pont d’Ondres sur l’ancien chemin du hameau d’Ondres de la Commune de Thorame-Haute, est un pont en dos d’âne à deux arches enjambant le Verdon, daté du XVIIème siècle, qui a été classé au titre des monuments historiques par arrêté du 25 mars 1977.

Le Pont d’Ondres a fait l’objet d’une «Etude préalable de sauvetage» réalisée par Francesco Flavigny (ACMH) en juillet 1991. Dans le cadre de cette étude, il était déjà indiqué que cet édifice protégé au titre des Monuments Historiques en 1977 était alors dans «un état total d’abandon depuis de nombreuses années».
Après une description architecturale de l’édifice, Francesco Flavigny avait identifié les désordres suivants :

  • Effondrement du mur du tympan Nord, côté rive gauche.
  • Ruine des parapets.
  • Parties sommitales des avant et arrières becs ainsi que des avaloirs en pierre en très mauvais état et envahies par la végétation
  • Suspicion de désagrégation du socle rocheux support de la culée en rive droite occasionnée par les turbulences du torrent (non vérifiée).

Enfin, compte tenu de la couverture végétale et des difficultés d’accès, il était proposé de compléter cet état sanitaire à l’issue d’une première campagne de travaux de confortement structurel.
Un programme de travaux était ainsi proposé en deux phases : – Une première phase de sauvetage / confortement. – Une deuxième phase de présentation / réutilisation.
Au-delà du projet de restauration, F. Flavigny avait ainsi proposé une réutilisation de l’ouvrage pour une circulation légère dans un but de fréquentation touristique, ainsi que la restauration et la mise en valeur de l’ancien moulin à farine situé en surplomb du Verdon sur la rive droite, transformé en scierie puis en fabrique de meubles au XIXème siècle, pour être abandonné dans les années 1930.

Les dégradations constatées il y a maintenant vingt-sept ans n’ont pu que s’aggraver, et l’ouvrage est aujourd’hui menacé dans son intégrité, et pose des problèmes de sécurité du public. Son intérêt patrimonial évident consacré par le classement au titre des monuments historiques, comme son état sanitaire alarmant, imposent une intervention rapide et sans doute globale.
Sans nécessairement remettre en question l’analyse réalisée dans le cadre de l’étude de 1991, il y a lieu de réactualiser l’état sanitaire en fonction de l’évolution des désordres, et sans doute de reconsidérer la stratégie d’intervention.

Le pont d’Ondres en 1975, 2016 et en 2017

Le pont d’Ondres en 2011 et en 2017

L’estimation globale des coûts est la suivante :

  • Phase 1 : sauvetage – confortement : 363 k€ (hors taxes, maîtrise d’oeuvre, coordination santé & sécurité)
  • Phase 2 : Mise en valeur – réutilisation : 181 k€
  • TVA ( 20% ) : 109 k€
  • TOTAL TTC : Maçonnerie – Pierre de taille: 653 k€

Références